La Scierie BÉAL : un partenaire solide pour le GPF

Written by

Mieux valoriser les bois de ses adhérents et soutenir une scierie locale, c’est le pari du GPF associé depuis plus de 10 ans à la scierie Béal.

En 2014, alors que la Scierie BEAL se relève d’une période difficile, le GPF, dans sa politique de développement, décide de faire un choix stratégique en prenant une participation dans cette scierie locale.

Une dizaine d’années plus tard, cette coopération a permis d’accompagner la croissance de la Scierie BEAL ainsi que celle du GPF.

Choix de la qualité, confiance et courage ont été les piliers d’une histoire commune qui commence dans le soin apporté aux forêts gérées par notre coopérative, se poursuit par le prélèvement des plus beaux spécimens et se termine par la valorisation de ces arbres en des produits bois de grande qualité. 

Une histoire écrite avec passion par nos techniciens forestiers et les salariés de la scierie, et sur laquelle Anthony Miramand, responsable communication de la scierie, revient pour nous.


Quelle est l’histoire de la scierie Béal ?

La scierie BEAL est une scierie familiale de plus de 70 ans, créée en 1951 par Jean Béal, située en plein centre du village de Dunières (43), elle a été reprise par son fils Didier Béal en 1980. Transférée sur un nouveau site en 1999 au lieu-dit Pont de Chirat (Dunières 43) avec à sa tête actuellement Romain Béal, petit-fils de Jean. 

En termes d’essence la scierie transforme en moyenne 50% de Douglas et 50% de sapin/épicéa en fonction des marchés et de la saisonnalité. 

A côté de ces deux essences, le pin et le mélèze représentent des volumes négligeables. 

Comptant 2 salariés au départ, la scierie s’est modernisée dans les années 1980 et a augmenté ses capacités de production. Aujourd’hui 25 salariés se répartissent sur deux sites : Pont de Chirat et un nouveau site inauguré en 2022 situé à Montregard. 

En 2022, à Montregard un parc à grumes automatisé d’une capacité de 60 000m3, destiné au tri et au stockage des bois en provenance des forêts voisines. Cette installation a permis d’augmenter les capacités de production de la scierie. 

Mais la croissance de la scierie cache un événement extrêmement difficile : en 2010, un incendie détruit entièrement le site de Dunières et met l’ensemble de la production à l’arrêt pendant près d’un an. En 2014, grâce à des liens historiques tissés avec le GPF, la Scierie Béal se rapproche de la Coopérative. Celle-ci prend alors une participation majoritaire dans le but d’accompagner le développement de la Scierie et ainsi la soutenir dans ses projets futurs.


Quels produits bois proposez-vous ?

Sur le site de Dunières sont concentrées les activités historiques de la scierie Béal : la transformation directe de bois d’œuvre et de bois de coffrage destinés au marché de la construction. 

La Raboterie fournit quant à elle les professionnels en bois d’aménagement intérieur et extérieur (lambris, bardage, lames de terrasse,…). Une gamme complémentaire extrêmement appréciée par les négociants généralistes en matériaux mais aussi par les constructeurs bois et charpentiers locaux dont les clients sont de plus en plus sensibles à cet estampillage local. Nous travaillons donc en synergie à une meilleure valorisation des essences locales.

La diversification des activités permet aussi une meilleure valorisation des bois collectés en raison de la valeur ajoutée sur le produit final. Proposer une gamme de produits bois plus fournie permet de démarcher de nouveaux clients à la recherche d’un large catalogue produits et de les accompagner, de les suivre, dans leur croissance.


Quelle est la tendance sur le marché du bois ?

Nous sortons d’un moment très particulier pour le bois français lié à la pandémie de COVID. A cette période et sur plusieurs mois, le demande en bois d’aménagement a connu une hausse sans précédent. Notre activité de rabotage a ainsi démarré très fort et représente aujourd’hui près de 30% des ventes à côté des bois de structure. Le marché est évidemment plus stable à présent, et l’on revient à des volumes plus réalistes. 

Le secteur de la construction est aussi de plus en plus demandeur en bois qui est un matériau noble, durable et renouvelable. Il permet de séquestrer et stocker le carbone, ce qui est un atout non négligeable vis-à-vis des autres matériaux !

La tendance est évidemment au bois durable mais aussi au bois local, voire ultra local. 

Certifiés Norme CE pour nos bois de structure et notre gamme de bois rabotés, conformément aux exigences réglementaires du marché, nous avons fait le choix de nous engager également sur des normes d’approvisionnement durables et locales. Ainsi nous adhérons depuis de nombreuses années à PEFC®, mais également à la Certification « Bois de France » et plus récemment « Bois des Territoires du Massif Central », dans un objectif de valorisation au mieux notre ressource forestière locale.


Comment s’est noué le partenariat avec le GPF ?

Fournisseur historique de la Scierie BEAL, le GPF s’est montré solidaire de la scierie après l’incendie de 2010. Aujourd’hui, 70% des bois que nous scions proviennent des coupes faites par le GPF chez les propriétaires forestiers adhérents ou non adhérents. Nous travaillons donc main dans la main et ce dès l’approvisionnement en forêt grâce au cahier des charges établi par la scierie : les techniciens du GPF connaissent donc nos besoins et cherchent les meilleurs arbres pour répondre à nos demandes

Du côté des propriétaires, ce partenariat permet de maintenir des prix d’achat intéressants car négociés en amont et donc de proposer de meilleures conventions d’apports pour les propriétaires travaillant avec le GPF. Enfin à l’autre bout de la chaîne de transformation, nos équipements et outils de production modernes et performants permettent de proposer des produits de qualité, de respecter les bois fournis et donc de les valoriser au mieux. 

Ce n’est donc pas un hasard si nos clients ont une image extrêmement positive du GPF notamment du point de vue de la qualité des bois fournis et de la régularité du volume proposé. 

Du point de vue des propriétaires forestiers c’est la garantie de débouchés intéressants et de notre côté, cet approvisionnement régulier et qualitatif, nous permet en partie d’externaliser nos opérations d’achat. C’est un partenariat gagnant / gagnant !

 

Quels sont les projets de la scierie ? Comment envisagez-vous l’avenir ?

La récente construction du site de Montregard n’est pas notre dernier projet ! 

La diversification des activités se traduira par des projets à l’étude, tel que l’installation d’une ligne d’aboutage/collage (BMA, lamellé collé, etc.) à l’horizon 2027 et pour une meilleure valorisation la création d’une autre ligne de sciage d’ici 2032.

Last modified: 9 janvier 2024